Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 décembre 2014

Les lacs martiens ont existé durant des millions d'années

Depuis 2012, le robot Curiosity de la Nasa arpente l'intérieur du cratère Gale. L'examen des roches que le rover a rencontrées sur les quelques 9 kilomètres de son parcours a permis d'en savoir plus sur le passé de cette zone et plus généralement sur les conditions climatiques qui régnaient sur la planète Rouge, il y a plusieurs milliards d'années. Les premières observations des échantillons pris à la base du Mont Sharp par Curiosity révèlent une accumulation de sédiments stratifiés. Pour que les lacs puissent exister et que le mont Sharp se forme, il faut que les conditions autorisant la présence d'eau liquide à la surface de la planète soient restées constantes plusieurs millions d'années.

mars,astronomie,espace,eau,géologie,sciences,exploration,climatt


La nature exacte du climat qui a alimenté sur une période les lacs martiens il y a plusieurs milliards d'années est encore mal définie. Les scientifiques attendent les nouvelles observations des couches sédimentaires du mont Sharp que le robot Curiosity est en train d'effectuer, des forages sont notamment en cours.

Source : sciencesetavenir.fr

vendredi, 19 décembre 2014

Mise en valeur des sols de façon durable

Claude et Lydia Bourguignon du Laboratoire Analyses Microbiologiques Sols (LAMS) nous expliquent comment l'agriculture moderne a détruit nos sols en quelques décennies.

Comment l'agriculture conventionnelle a tué nos... par notre-planete
Le LAMS est un laboratoire d'analyse de sol spécialisé dans l'étude écologique de profil cultural pour restaurer la biodiversité des sols de terroir afin d'améliorer la qualité et la typicité des vins et des denrées agricoles. Des directives européennes existent pour le contrôle de l’air et des eaux, le sol en revanche est ignoré. Or des techniques agricoles mal adaptées ont pour conséquence un appauvrissement du sol. Ainsi le nombre des vers de terre qui, par leurs excréments, sont les grands fabricants du sol est en forte diminution. Un sol forestier est le siège d’une faune extrêmement nombreuse et diversifiée avec par gramme de sol des millions à des milliards de bactéries, de germes de
champignons, etc. Cette faune est indispensable pour l’aération du sol. C’est ce constat qui conduit et explique la démarche de Claude et Lydia Bourguignon : à partir de la connaissance des divers éléments nutritifs présents, ils conseillent sur la gestion des sols afin de les mettre en valeur de façon durable tout en
préservant l’environnement et proposent des itinéraires techniques respectueux de la vie du sol qui permettent également de faire à terme des économies en engrais, en fuel et en temps.

jeudi, 18 décembre 2014

Le coût du démantèlement nucléaire

Selon les conclusions de la première version du "programme national de gestion" des déchets nucléaires préparée par le gouvernement allemand, l'ancienne mine de fer de Konrad en Basse-Saxe ne devrait plus abriter 298 000 mètres cubes mais au moins 600 000 mètres cubes de matériaux radioactifs dans les années à venir. Des déchets auparavant considérés comme recyclables ainsi que la prise en compte de conteneurs endommagés par les eaux de ruissellement qui coulent dans la mine où ils ont été entassés expliquent en partie cette nouvelle évaluation.

énergies,nucléaire,allemagne,déchets,charbon,pollution,électricité


Depuis l'abandon du nucléaire, l'Allemagne découvre les coûts cachés de cette décision. Il semble bien qu'ils aient sous-estimé l'impact de l'arrêt des centrales. Pour compenser la mise hors service des réacteurs, Berlin doit brûler jour et nuit des milliers de tonnes de lignite, ce charbon hautement polluant qui génère une tonne de dioxyde de carbone (CO2) pour chaque tonne consumée. Ce minerai riche en sulfure produit aujourd'hui à peine 10 % de l'électricité allemande, mais il émet 60 millions de tonnes de CO2 par an, soit plus que l'ensemble du trafic routier du pays. Aujourd'hui, personne ne peut évaluer avec certitude le coût final de l'abandon du nucléaire en Allemagne. En mai 2011, Berlin avançait un chiffre de 16 milliards d'euros d'ici à 2015. En janvier, Siemens tablait sur un budget de 1 700 milliards d'euros d'ici à 2030, en ajoutant les investissements liés au remplacement des centrales nucléaires par d'autres moyens de production, au développement des réseaux de distribution et au démantèlement des centrales existantes.

Source : lepoint.fr

mardi, 16 décembre 2014

Arrêtons de faire l'autruche

"Arrêtons de faire l'autruche". Quelques 400 Australiens se sont enfoui la tête dans le sable à la mi-novembre, à Sydney, pour alerter le G20 sur les questions climatiques et railler le Premier ministre australien, célèbre climato-sceptique. Il est critiqué pour avoir aboli une "taxe carbone" qui s'appliquait aux entreprises les plus polluantes. Il a également refusé de mettre le climat au sommaire du G20, dont l'Australie avait été l'hôtesse.

australie,environnement,climat,changements climatiques,humour


Source : lexpress.fr

samedi, 13 décembre 2014

Déboiser pour installer des panneaux photovoltaïque

Dans les Landes, à Losse (48 habitants), la centrale photovoltaïque de Gabardan est installée sur une surface de 317 hectares. On a testé de nouveaux panneaux solaires qui suivent le déplacement du soleil et captent ainsi 30 % d’énergie de plus que les dispositifs actuels. Au final, à l’horizon 2020, le potentiel de la centrale pourrait atteindre les 45 à 50 MW pour un investissement dépassant les 350 millions d’euros. Cette énergie répondrait alors aux besoins annuels de 50 000 personnes.

landes,aquitaine,photovoltaïque,énergies renouvelables,énergies,électricité,environnement,bois,foret,déforestation,écosystème


Selon le maire de Losse, chaque hectare déboisé sera replanté avec 60 % de feuillus et 40% de résineux. De nombreuses associations s’inquiètent de l'impact environnemental, nécessitant de déboiser des surfaces pour implanter les capteurs solaires au sol. A la direction régionale de l’agriculture et de la forêt (Draf) Aquitaine, on indique que la totalité des projets en cours nécessite le déboisement ou défrichage de 10 000 ha de forêt. « Théoriquement, la demande de compensation est de 1 pour 1. Cela implique un reboisement hors forêt, qui va concurrencer l’agriculture », indique-t-on à la Draf. La Sepanso Gironde relève « une contradiction entre le développement du photovoltaïque et celui du bois-énergie ». La compensation en surface fait aussi débat. Les écosystèmes détruits ne sont pas reconstitués à caractéristique ou intérêt écologique et environnemental ailleurs, par des plantations. Et si l’on replante ailleurs, cela se fera au détriment de quelle utilisation du sol ? Le risque est grand que les terres agricoles en fassent les frais.

Source : laterre.fr
photos : eklablog.com

vendredi, 12 décembre 2014

Le plus grand parc photovoltaïque d'Europe

L'Aquitaine, déjà en pointe dans le secteur photovoltaïque, comptera bientôt une réalisation de plus avec " le plus grand parc photovoltaïque d'Europe ", selon la société Neoen, un des partenaires du projet, dont les travaux ont débuté en novembre à Cestas, près de Bordeaux pour une mise en service prévue en octobre 2015. Constitué de 25 centrales, pour une puissance cumulée de 300 mégawatts (MW), ce parc représente un investissement global de 360 millions d'euros.

électricité,énergies renouvelables,bordeaux,énergies,photovoltaïque,aquitaine


L'ensemble du parc s'étendra sur une superficie d'un peu moins de 300 hectares, une construction densifiée avec une production d'un peu plus d'un mégawatt par hectare. Le tarif de rachat de l'électricité produite par ce parc, qui génèrera l'équivalent de la consommation électrique annuelle de la population de Bordeaux (350 gigawatts/heure), sera de 105 euros/MWh.

Source : sudouest.fr

jeudi, 11 décembre 2014

La sonde New Horizons sort de son hibernation

La sonde New Horizons, en route pour Pluton et ses quatre autres lunes, est sortie ce week-end de sa dernière hibernation, la dix-huitième depuis son départ, il y a plus de neuf ans, en janvier 2006. La sonde a transmis un message à la Nasa pour lui confirmer qu’elle était sortie de sa torpeur. À bord, tout semble fonctionner, bien qu’une semaine sera nécessaire pour s’en assurer. Les instruments à bord, au nombre de sept, seront progressivement mis sous tension. On compte notamment des spectromètres infrarouge et ultraviolet, des caméras et un détecteur de poussière qui a déjà travaillé durant le voyage.

système solaire,planète,astronomie,sonde,nasa,exploration,soleil,plutonSoleil, Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton


Découverte en 1930, Pluton tourne autour du Soleil en 248 années, son diamètre de 2300km est plus petit que celui de la Lune (3476 km) et environ 500 fois moins massif que la Terre. Pluton a perdu son statut de planète en août 2006 quand l'Union astronomique internationale a classé ce corps lointain dans la catégorie des planètes naines. Aujourd’hui, la sonde New Horizons se situe à environ 4,66 milliards de kilomètres de la Terre et à seulement 257 millions de kilomètres de Pluton qu’elle survolera au plus près le 14 juillet 2015. Après ce survol, la mission de New Horizons ne sera pas terminée, la sonde s’enfoncera encore plus loin dans les confins du Système solaire à destination d’un ou plusieurs objets de la ceinture de Kuiper situés à quelque 1,5 milliard de kilomètres de Pluton. Ces objets sont des débris de planètes naines ou des planétésimaux inachevés, dont les compositions et structures n’ont presque pas changé depuis l’aube du Système solaire, il y a 4,56 milliards d’années.

mercredi, 10 décembre 2014

Les premiers résultats de la mission Rosetta

Les premiers résultats de la mission Rosetta ne sont pas obtenus par des prélèvements issus de forages dans le noyau de la comète par Philae. Sa mauvaise posture ainsi que l'épuisement de sa pile a contraint les scientifiques de la mission à renoncer à une telle démarche. Les analyses réalisées par l'analyseur de gaz Ptolemy ont été effectuées sur les gaz émis par le noyau. Selon le chercheur britannique Ian Wright, qui dirige les opérations scientifiques menées par Ptolemy, les signaux envoyés par ce dernier indiquent très probablement la présence de nombreux composés organiques de nature complexe : « Nous pouvons affirmer avec une certitude absolue que nous avons enregistré un signal très riche provenant de composés organiques. Ce n’est pas juste un ou 2 pics dans un spectre, c’est un spectre avec beaucoup de pics et, parfois, les composés organiques complexes produisent cela ».

chimie,espace,sciences,comètes,vie,molécules,carbone,exploration


L'un des premiers objectifs de la mission Rosetta était de découvrir la présence d'éventuelles molécules organiques à la surface et à l'intérieur du noyau de la comète 67/Churyumov-Gerasimenko. En effet, l'une des hypothèses qui prévaut aujourd'hui pour expliquer l'apparition de la vie sur Terre avance que les composés organiques nécessaires à la vie, ainsi que l'eau, ont été amenés par les comètes (on pense aussi aux astéroïdes). Par conséquent, la découverte de molécules organiques dans le noyau, et a fortiori de molécules organiques complexes (c'est-à-dire contenant notamment de nombreux atomes de carbone), renforcerait considérablement cette hypothèse.

Source : journaldelascience.fr

mardi, 09 décembre 2014

Engagement politique ou argumentaire marketing ?

Avec une densité de 5249 habitants au kilomètre carré, Vancouver, capitale de la Colombie-Britannique, est la ville la plus densément peuplée du Canada. Vancouver est donc devenue un véritable laboratoire urbain de la question environnementale, inspirée par l'esprit du "Pacifique Nord Ouest". Dans les années 1960, à contre-courant de l'idéologie de la voiture reine, des centaines d'habitants protestent contre le projet d'autoroute qui doit traverser la ville. Ils obtiennent gain de cause.

canada,écologie,environnement,urbanisme,militantisme,transport


Vancouver, berceau du militantisme écologique, a lancé le pari de devenir la cité la plus verte du monde en 2020. Berceau du "green building mouvement" qui milite pour une architecture écologique, Vancouver avait déjà pris un peu d'avance sur ses homologues canadiennes. En mars 2006, sur l'île Grandville, était inauguré le premier bâtiment durable du pays, The Light House Sustainable Building Centre. Aujourd'hui, les trois axes du projet sont l'occupation de l'espace et l'urbanisme, les transports et la protection climatique. Concrètement, les initiatives peuvent parfois ressembler à des gadgets, comme la plantation d'arbres fruitiers dans les parcs et jardins publics. Ou être innovantes et bluffantes, comme le recyclage de la chaleur des égouts pour chauffer une bonne partie du nouveau quartier dit "durable" de Southeast False Creek. Véritable engagement politique ou argumentaire marketing ?

Source : lexpress.fr

lundi, 08 décembre 2014

Lauréats des prix Pinocchio 2014

Dans la catégorie : poches pleines, le lauréat en troisième position est le projet : Lyon-Turin Ferroviaire "gomme les Alpes" aux frais du contribuable avec 29% de votes.
Pourquoi améliorer les lignes existantes quand on peut tout simplement creuser un nouveau mégatunnel dans les Alpes, et dépenser des milliards d’euros pour gagner quelques minutes ?
La société Lyon Turin Ferroviaire1 (LTF) souhaite, dans le cadre du projet de TGV Lyon-Turin, creuser de gigantesques tunnels à travers les Alpes, un projet qu’elle envisage depuis les années 1980. Depuis, la mobilisation n'a cessé de s’amplifier en Italie et en France pour dénoncer ce grand projet inutile et imposé. Mais pourquoi ce tunnel ? pour gommer les Alpes.

transport,italie,alpes,montagne,environnement,eau,pollution


Un tel projet ne sera pas sans conséquences environnementales de grande ampleur. Des millions de mètres cube de roche seront extraits, des milliers d’hectares de terres perdus. Le premier tunnel drainera de 60 à 125 millions de m3 d'eau : « La répartition entre les eaux de surface et souterraines pourrait être changée radicalement (…) [et] affecter l’environnement en général » selon un rapport commandité par la Commission européenne.

Pour connaître les autres lauréats, on peut consulter le site : prix-pinocchio.org

samedi, 06 décembre 2014

C'est la fin des feux de cheminée

Au 1er janvier 2015, faire du feu de bois dans les cheminées classiques, hors poêle à bois et inserts sera interdit à Paris et 435 communes d'Ile-de-France. Jusqu'à aujourd'hui, il était autorisé de faire un feu d'agrément dans sa cheminée, à condition que ce ne soit pas le principal moyen de chauffage. Mais ces feux polluent beaucoup. Les fumées dégagent une grande quantité de particules fines dans l'atmosphère. Selon la DRIEFF IF ( Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Ile-de-France), le chauffage au bois représente 23 % des émissions de ces particules en Ile-de-France, soit autant que l'échappement des véhicules routiers. La sécurité sanitaire va donc primer sur la convivialité des soirées au coin du feu ! A titre d'image, une demi-journée au coin du feu émet autant de particules fines qu'une voiture diesel qui roulerait pendant 3.500 kms.

bois,chauffage,pollution,ville,paris,particules fines


A Paris même, il sera interdit de faire du feu de bois, à compter du 1er janvier 2015, quel que soit son dispositif (cheminée, poêle, etc...). A conditions d'avoir des appareils récentes, les boulangers ou pizzaïolos pourront avoir une dérogation. Dans le reste de l' Île-de-France, l'utilisation d'une chaudière à bois, un poêle ou un foyer fermé, type insert, restera autorisée. Le bois est une des énergies les moins chères et renouvelable. Le kilowatt coûte environ 12 à 13 centimes pour l'électricité, 9 centimes pour le fioul domestique, 7 centimes pour le gaz naturel et 4 à 5 centimes pour le bois.

On peut aussi l'article de lanouvellerepublique.fr

vendredi, 05 décembre 2014

Fin de la pub à Grenoble

Place Gustave-Rivet, près du centre-ville de Grenoble, six espaces d’affichages commerciaux occupent les positions stratégiques. On y vante de grandes enseignes de distribution et de fast-food mais aussi la dernière exposition du musée de Grenoble ou le marché de Noël, autant d’événements dont la ville est partenaire ou organisatrice. Ces rendez-vous locaux sont néanmoins souvent affichés à l’arrière des panneaux, sur la face la moins visible.

ville,urbanisme,paysage,publicité,pollution


Ces six espaces vont disparaître du paysage urbain au début de l’année prochaine pour libérer l’espace public grenoblois. Cette perspective divise les habitants. Certains sont ravis de supprimer cette pollution visuelle. Mais une bonne moitié des Grenoblois se disent agacés, c’est une perte de rentrées financières alors que ces panneaux ne sont pas du tout choquants. Les associations se disent satisfaites de l’autre versant de l’annonce municipale, la multiplication par deux des espaces d’affichages libres et associatifs dans la ville. Le président national de l’association Paysages de France salue «l’amélioration du bien-être et du cadre de vie urbain» portée par cette décision et s’indigne de la réaction virulente de l’opposition et en particulier de ses arguments économiques. Pour son association, la décision «exemplaire» de la municipalité grenobloise va constituer «un levier» de sa bataille antipub auprès des autres grandes villes.

Source : liberation.fr

jeudi, 04 décembre 2014

L'art ne serait pas né en Europe il y a 40000 ans

On vient de découvrir en Indonésie 7 grottes ornées dont 14 motifs sont contemporains des premières représentations artistiques européennes, jusqu'à aujourd'hui les plus vieilles connues. 2 animaux âgés de plus de 35000 ans comme dans la grotte Chauvet et parmi les 12 mains négatives, l'une remonte à 39900 ans, soit 2000 ans de plus que la main négative la plus ancienne localisée en Espagne.

europe,arts,peinture,afrique,histoire,archeo,asie,espagne


L'Australie et Bornéo abritent des peintures similaires mal datées. Les archéologues souhaiteraient rechercher d'éventuelles traces de cet art des origines le long de la route par laquelle les hommes ont colonisé le monde depuis l'Afrique où l'art a vraisemblablement pu naître...

Pour en savoir plus, on peut lire le numéro de Sciences et Vie de novembre

mardi, 02 décembre 2014

Laisser les réserves fossiles dans le sol

190 délégations du monde entier se réunissent à Lima au Pérou pour 2 semaines afin de poser les jalons d'un accord multilatéral et engager l'ensemble de la communauté internationale à lutter contre le réchauffement climatique lors de la Conférence de Paris, en décembre 2015. Il y a urgence à agir à une échelle beaucoup plus ambitieuse car les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de croître (+2,2% par an). À ce rythme, la planète se dirige vers une hausse des températures d'environ 4°C d'ici la fin du siècle par rapport à l'ère pré-industrielle.

changements climatiques,climat,pétrole,charbon,énergies renouvelables,réchauffement climatique,co2


Ce sont près de deux tiers des réserves fossiles connues qu'il faudrait laisser dans le sol, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), une perspective à laquelle sont réticents les pays producteurs et les multinationales du secteur. Pour remplacer pétrole, charbon et gaz, il faudrait investir massivement à l'échelle mondiale dans les énergies non émettrices de CO2. D'après le Giec, les investissements dans ces énergies doivent tripler, voire quadrupler entre 2010 et 2050. Il faut également poursuivre les progrès déjà réalisés en matière d'efficacité énergétique des bâtiments, des transports et des processus industriels, et stopper la déforestation.

Source : sciencesetavenir.fr

lundi, 01 décembre 2014

Le cadenas sera le vélo en lui-même

Le projet Yerka part d'un principe simple : le cadenas sera le vélo en lui-même. Pour verrouiller son vélo, il suffira de démonter le tube inférieur du cadre et de le fixer au tube de la selle. Celui qui chercherait à s'emparer du vélo, le rendrait inutilisable.


Trois ingénieurs créent un vélo impossible à voler par buzger
Ce nouveau système de sécurité développé par trois étudiants ingénieur devrait être commercialisé d'ici deux ans.

dimanche, 30 novembre 2014

L'assiette des coupes

Dans un massif forestier, les coupes ne sont choisies au hasard. Elles sont planifiées à moyen terme et décrites dans un document d'aménagement, qui prévoit l'ensemble des travaux à réaliser dans une forêt sur 20 ans. A partir de ce programme, le directeur d'agence de l'ONF désigne chaque année localement la liste des parcelles concernées par des coupes : il s'agit de "l'assiette des coupes".

foret,bois,déforestation,environnement,chauffage,arbres


Une fois cette étape effectuée, il faut aller sur le terrain et sélectionner les arbres à couper, en tenant compte de leur conformation, de leur âge, du peuplement, etc. C'est tout le travail des forestiers qui effectuent le martelage. La désignation se fait désormais le plus souvent à la peinture. Mais elle peut encore être réalisée au marteau, elle consiste à enlever un peu d’écorce sur le tronc et à la racine de l’arbre puis d’y apposer une marque témoin, celle de l’administration forestière.

foret,bois,déforestation,environnement,chauffage,arbres


Mais si la marque témoin sur le marteau a traversé les siècles, la technique du martelage a bien évolué: il y a encore peu les agents patrimoniaux parcouraient les bois en vociférant des codes, hermétiques pour les non-initiés. Désormais ils sont tous équipés de terminaux de saisie, véritables bases de données dans lesquelles ils collationnent les arbres martelés dont ils ont relevé les mensurations. Ces petits boitiers enregistrent également les coordonnées GPS des arbres qui présentent un intérêt au titre de la biodiversité (perchoirs pour les galliformes, arbres à cavités pour les petits mustélidés ou les chouettes).
Ces spécimens marqués à la peinture orange sont géo-localisés et destinés à rester sur la parcelle.
Source : onf.fr

vendredi, 28 novembre 2014

Pollution aux plastiques en Méditerranée

La goélette Tara est arrivée à Lorient, son port d'attache. L’objectif de l’expédition Tara Méditerranée était de récolter des échantillons avec des filets spéciaux, au large, mais aussi près des côtes, au niveau des embouchures des rivières. Les plastiques ainsi récupérés seront ensuite analysés, pour des résultats attendus au printemps 2015. Avant même la publication des résultats, Tara expéditions parle déjà de constats « édifiants ». D’après deux chercheurs au CNRS, « des fragments de plastique ont été trouvés à chaque relevé de filet et cela de l’ouest à l’est de la Méditerranée. Avec une concentration de plastique plus importante observée devant les grandes villes mais également avec des concentrations non négligeables en haute mer ».

méditerranée,plastique,plancton,pollution,environnement,alimentation,expédition,tara,cnrs


Parce qu’il s’agit d’une mer quasiment fermée et très touristique, la mer Méditerranée présente un risque de pollution aux plastiques important. On sait que ces minuscules fragments de matières plastiques sont ingérés par les petits animaux du plancton (les larves de poissons, de crustacés et de mollusques par exemple) et qu'ils s'accumulent ensuite dans la chaîne alimentaire.

jeudi, 27 novembre 2014

La nouvelle phase de la mission de Rosetta

Après avoir dédié l'essentiel de ses ressources au robot Philae, la sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne entre dans une nouvelle phase de sa mission autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Les onze instruments qu'elle a embarqués entrent maintenant en action.

espace,astronomie,sciences,univers,agence spatiale,comètes


Pour débuter son programme scientifique post-atterrissage, dans un premier temps, la sonde va rester positionnée entre 20 et 30 km d’altitude en fonction de l’activité de la comète. Plus cette activité va augmenter, se traduisant par des éjections grandissantes de gaz et de matière, et plus la sonde devra s’éloigner pour éviter d’être endommagée. Elle risque donc de ne plus être gravitationnellement liée à la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, ce qui en soi n’est pas un problème. Cette situation pourrait conduire la sonde à faire des déplacements lents sur le fond du ciel à quelque 45 km d’altitude. Malgré les risques, des mesures en rase-mottes, menées à seulement 8 km de la surface de la comète, sont prévues pour capter des images en haute résolution mais pas tout de suite.
Au réveil de Philae, Rosetta communiquera avec le robot et relayera ses données vers la Terre

Source : futura-sciences.com

mercredi, 26 novembre 2014

Where is Rosetta ?

Une vidéo pour mieux comprendre le trajet suivi par la sonde Rosetta depuis son départ :

espace,sciences,vidéo,astronomie


Après un périple de 10 ans, la sonde européenne Rosetta a rejoint la comète Tchourioumov-Guérassimenko, devenant le premier engin spatial à réussir cet extraordinaire rendez-vous.
Pour se placer sur une orbite identique à celle de la comète, la sonde spatiale a recours à quatre reprises à l'assistance gravitationnelle de la Terre et de Mars. Durant son périple, la sonde spatiale survole les astéroïdes Šteins en 2008 et Lutetia le 10 juillet 2010, dont l'étude constitue un objectif scientifique secondaire de la mission. Rosetta est alors mise en sommeil pendant 31 mois afin de réduire la consommation d'énergie durant la phase de sa trajectoire où elle se trouve la plus éloignée du Soleil. La sonde spatiale est réactivée en janvier 2014 puis se place sur une orbite identique à celle de la comète à moins de 100 kilomètres de celle-ci. Le 6 août 2014 la sonde spatiale a débuté les manœuvres qui l'ont à son orbite finale autour de Tchourioumov-Guérassimenko. La fin de sa mission est prévue en décembre 2015.

Source : sci.esa.int

lundi, 24 novembre 2014

Témoin d'un PAN ?

Le GEIPAN, Groupe d’Études et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés (PAN) fait partie intégrante des missions du Centre National d'Études Spatiales (CNES). Le GEIPAN a pour missions : la collecte des témoignages d’observations de PAN sur le territoire français, l’analyse des témoignages pour tenter d’expliquer les phénomènes observés (enquêtes), l’archivage des témoignages, l'un des objectifs importants de cet archivage étant de permettre l'étude ultérieure éventuelle par la communauté scientifique des observations restées inexpliquées, l’information et la communication vers le public.

sciences,cnes,espace,informationion


Le GEIPAN a engagé dès 2007 la mise en ligne de l'ensemble de ses archives et met les informations qu’il rassemble à la disposition de la communauté scientifique et du grand public.

Un PAN à signaler : Qu'ai-je vu ?